soumise mienne

soumise mienne

Torture...

 

Connaissez-vous cette machine diabolique ?

 

je ne connaissais pas du tout : il s'agit d'un "Fairy" et je peux vous assurer que c'est une vraie machine de torture pour le clitoris.

 

Lorsque Maître me l'a montré, j'avoue avoir été sceptique sur l'utilisation de cet engin.  N/nous avions en effet un autre objet fort ressemblant et j'avoue que l'utilisation de ce dernier n'était pas vraiment.....concluante.

 

N/nous allons N/nous coucher.  Maître me met nue, m'attache les poignets et chevilles et je me retrouve donc au milieu du lit, en croix, cagoule sur la tête pour ne rien voir (j'adore cette cagoule, je m'y sens beaucoup mieux que lorsque je vois tout, car cela me stresse encore plus).

 

D'abord un petit échauffement avec le martinet pour titiller doucement mon clitoris.  je me mets dans l'ambiance, et je sens que j'appelle Ses coups.

 

Puis, cette machine. 

Et je ne peux expliquer ce que j'ai ressenti.  Plaisir ?  Douleur ?  Ou les deux ?  je ne sais pas.  Lorsque je me masturbe, je mets toujours un doigt sur le côté de mon clitoris.  je ne touche jamais vraiment celui-ci, car il est extrêmement sensible.

 

Et là, pas d'échappatoire possible, je ne pouvais pas bouger et Maître utilisait les vitesses parfois plus lentes, parfois tellement intenses que je suis arrivée à tirer sur une des cordes afin de me permettre de replier un peu ma jambe et cacher mon clitoris face aux assauts incessants de l'engin.

 

Et j'ai joui, joui, et encore joui, femme fontaine en pleine action.  Heureusement Maître avait prévu des essuies qu'Il a placé sous mes fesses.  Ils se sont pourtant révélés trempés à la fin de la séance.

 

Je criais, hurlais, je ne savais pas si je devais pleurer de douleur ou de plaisir.  je me souviens même avoir crié que j'allais mourir.....

 

Puis Maître a arrêté cette machine infernale.  je n'étais plus moi, je devais redescendre.  Il m'a pris, avec ma mouille envahissant mon sexe, mes jambes, les essuies, et même le lit sous les essuies.  Après avoir joui, Maître m'a dit que si je n'avais pas réussi à replier ma jambe pour atténuer la sensation, Il est certain que ma jouissance aurait atteint le mur d'en face....

 

Conclusion :

 

C'est une machine de torture, il n'y a aucun doute à mes yeux.  Cette fois-ci, j'ai pu atténuer la sensation, faire en sorte que l'engin se dégage un peu de mon clitoris hyper sensible, mais la prochaine fois, si Maître me ligote solidement, comment vais-je supporter cette douleur/plaisir ?  J'ai déjà peur.  je ne sais pas si je devrai utiliser mon safeword, on verra....sourire

 

mienne,

soumise de Salyo

 

 

Petite question,

 

Est-ce une punition ou bien un plaisir?

Une jouissance extrême peut-elle devenir douleur au point que cela en devienne une punition, pour moi oui. Le tout est de passer au delà du plaisir extrême pour que la douleur prenne place doucement tout en conservant ce coté plaisir lent, fort voir irritant.

 

Salyo

 

 

 

 

 



03/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres