soumise mienne

soumise mienne

Nouvelle soirée dans le club libertin

je comprends mieux pourquoi Maître avait décrété que la punition se passerait le vendredi plutôt que le lundi...sourire...  Il souhaitait me l'administrer en public, dans ce même club où N/nous étions entrés pour la première fois il y a 3 semaines.

 

A plusieurs reprises dans la semaine, Il a essayé de duper ma faculté naturelle à "sentir" ce qu'Il préparait.  je pense, avec tout mon respect, que Maître doit encore parfaire Son organisation...sourire

 

Bref, N/nous voici à nouveau partis vers le club.  Cette fois-ci, Maître a choisi le vendredi, car les hommes seuls y sont autorisés.  Il veut me faire prendre par des mâles en rut.  Pleins de mecs avec la queue raide pour servir de vide-couilles.  Pour cela, Il va tenter de les appâter avec une petite démonstration D/s dans l'alcôve prévue à cet effet.

 

j'avoue que parmi mes innombrables fantasmes les plus pervers les uns que les autres, celui-ci est un de mes préférés.  Mais je le vois sous forme d'orgie totale, où mes deux trous (Maître se réserve mon cul) seraient utilisés sans modération, et où le sperme et l'urine se videraient sur mon corps. Juste servir à vider ces hommes avec mon corps, pour le plaisir des yeux de mon Maître.

 

Arrivés au club, N/nous constatons que le monde est présent et déjà à moitié déshabillé dès les vestiaires.  Cela change carrément de N/notre première fois !  j'apprécie cette autre ambiance.  N/nous faisons pareil et N/nous N/nous dirigeons vers le restaurant-cantine.  La nourriture me semble meilleure qu'il y a trois semaines.  C'est agréable.  N/nous prenons le temps de regarder la faune autour de N/nous.

 

Après le repas, Maître m'emmène à la discothèque et cette fois-ci, j'ai l'autorisation de m'asseoir à Ses pieds.  Les yeux ronds autour de N/nous N/nous ont conforté dans le fait que notre Monde n'était pas une habitude à leurs yeux.  Et moi, inondée de fierté par ma singularité, je rayonnais aux pieds de mon Maître.

 

N/nous avons beaucoup dansé.  Maître est ensuite parti chercher Son matériel et a ajouté ma laisse à mon cou.  Effet garanti dans un club libertin !

 

N/nous sommes allés dans l'alcôve D/s.  Maître m'a attaché les mains et ma punition a débuté.  j'ai compté les 15 coups un par un, avant de m'agenouiller aux pieds de Maître et Le remercier, comme cela sera de coutume dorénavant.  L'humiliation n'était pas au rendez-vous, l'endroit sans doute, l'ambiance également.

 

Il m'a ensuite installé dans le sling, a attaché mes poignets et mes pieds aux attaches de l'engin, placé la cagoule sur ma tête.  Me voici donc la chatte bien ouverte.  Disponible.

 

Maître prend Son martinet et me frappe le sexe.  j'aime terriblement cette douleur sur mon clitoris, qui m'apporte déjà une première jouissance.  je me demande si le public est présent.  je me l'imagine.... Soudain, je sens une pénétration vaginale.  Le jeu commence.  j'espère derrière ma cagoule que la suite s'enchaînera à un rythme débridé.

 

L'homme n'a pas la queue adéquate pour ma chatte béante.  je le ressens peu.  Par contre, Maître est derrière moi à chaque seconde de cette pénétration.  je ne suis là que pour Son plaisir et je l'imagine me voir me faire pénétrer par un autre que Lui. je jouis une deuxième fois, juste quand l'homme sort son pénis pour se branler et tenter de jouir avec ses doigts.  Est-ce l'ambiance, le côté D/s qui le rend si peu vaillant ?

 

je pense en avoir fini avec lui, mais il revient à la charge et tente de jouir.  Mais rien n'y fait.  j'entends des gens chuchoter, des voix plus fortes aussi.  Combien sont-ils dans la pièce ?  j'aime imaginer, cela m'excite et un troisième orgasme me prend les tripes.  Maître me serre la main à ce moment là et N/notre communion est magique.  je sens l'homme retirer sa queue et se branler.  Enfin il réussit à jouir et s'en va. 

 

Et les autres, où sont-ils ?  Maître ôte ma cagoule.  je suis déstabilisée.  Délicatement, il m'ôte du sling et me pose sur le sol.  Le debriefing peut commencer.  N/nous sommes seuls.

 

Pendant que Maître me cravachait le sexe, un homme est entré et s'est assis pour regarder.  Maître lui a fait signe de venir.  C'est lui qui m'a pénétrée.  Pendant l'acte, plusieurs personnes sont entrées dans la pièce.  Elles sont restées plusieurs minutes, mais personne n'a été plus loin que le voyeurisme.

 

Suis-je si idiote de penser que le libertin jouit normalement d'une grande ouverture d'esprit ?  je constate que finalement, il ne semble n'être rien d'autre qu'un esprit fermé, sans aucune initiative.  j'étais la chatte béante, offerte à tous et toutes, et seul un homme a osé s'aventurer plus loin.... je suis réellement déçue car j'imaginais l'orgie à tout va.  je voulais que Maître et moi créons le spectacle.  N/notre Monde fait-il si peur aux libertins ?  j'en viens à me sentir extra-terrestre dans ce monde finalement si conventionnel.

 

L'orgie n'a pas eu lieu.  Pourtant je l'espérais au fond de mes tripes.  Maître et moi avons quitté ensuite le club.  Mais N/nous estimons que la partie n'est pas gagnée.  N/nous y reviendrons, jusqu'à ce que justice soit rendue.

 

Avis aux amateurs !!

 

mienne,

soumise de Salyo

 

Le commentaire de Salyo

 

N/notre soirée fut très très plaisirs. Même si les godes à pattes n'ont pas montré le bout de leurs queues, N/nous avons bien dansé et bien joui de N/nos plaisirs cérébraux. Quel plaisir et fierté de mener mienne en laisse, de lui donner sa punition et de la faire jouir de ses sens en étant prise tout en ne sachant rien de qui et quoi.

 

N/notre retour fut un feu d'artifice de jouissance et exhib (la voiture s'en souvient encore)!

 

Ce n'est que partie remise et ce sera la fois prochaine d'aborder ce monde de libertins différemment  pour que mienne soit prise par plus de mecs en rut.

 

A bientôt

 

Salyo



16/02/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres