soumise mienne

soumise mienne

Les ressentis


Rencontre avec Madame et son soumis pat

Malgré que N/nous soyons dans les peintures et la préparation de N/notre déménagement, Maître a décidé de stopper N/notre journée de dur labeur à 16 heures afin de profiter d'une soirée chez Dame Dive et son soumis Pat.  Cela tombait mal, car il fallait profiter de l'absence de mes enfants pour avancer.  Mais Maître en avait décidé autrement...

 

Comme d'habitude, le trajet fut fort calme.  J'étais perdue dans mes pensées et j'appréhendais l'inconnu.

 

Arrivés sur place, ce fut pat qui N/nous ouvrit la porte.  N/nous le saluons et N/nous dirigeons vers la cuisine, sombre, car il n'y avait plus d'électricité depuis une heure.  Premier stress en voyant Madame : je ne savais pas comment la saluer, alors je lui serrai la main.

 

J'avoue que je ne me sentais pas très bien.  Madame semblait très autoritaire, même avec moi, et cela m'a perturbé.  Je n'ai pas bronché.  Pas un mot jusqu'à ce que N/nous montions, Maître, Madame et moi.  Ils se sont assis dans des fauteuils et je me suis retrouvée debout, perdue, sans vraiment savoir ce que je devais faire.  Soudain, Madame me demande de descendre pour aider pat à préparer l'apéritif.  Encore plus désarçonnée par une telle requête, mon malaise monte encore d'un cran.  En effet, je n'ai jamais connu de femme dominante et ce changement d'autorité me met mal à l'aise.  Je me sens nerveuse, presque agressive, mais je descends.

 

Au rez, pat et moi préparons l'apéritif pendant que Maître et Madame devisent à l'étage.

 

Je remonte avec les premières bouchées et j'attends, debout.  Les ordres continuent de fuser.  Je n'accepte pas que quelqu'un d'autre que Maître me "dirige".  Cela va trop vite.  Je suis désarçonnée par tant d'autorité et je me mets à pleurer, debout devant eux.  Ils essayent de me rassurer et je me calme.

 

Je descends terminer la préparation du repas avec pat et nous remontons.  Je m'installe aux pieds de mon Maître et N/nous discutons de tout et de rien.  Je me sens plus calme et je participe à la conversation générale.

 

Vient le plat suivant.  Maître me demande de descendre le préparer et de remonter nue.  Je ne peux garder que mes bas et mes bottes.

 

Wow !  Moi qui ai tellement honte de mon corps.  Ce corps qui me dégoute, je dois le montrer entièrement à Madame.  Maître sait que c'est une réelle épreuve pour moi et malgré ma honte,  je me déshabille, mais je ne suis pas bien. Je sais que c'est le regard de mon Maître qui compte, mais je suis loin de ressentir cet état de fait.  Je suis gênée, j'essaye de cacher mon ventre disgracieux.

 

Je me ré-installe aux pieds de mon Maître pour terminer le repas, puis Madame teste mes tétons ombiliqués.  Des pinces sont placées et franchement, elles pincent très très fort !

J'ai mal, il m'est difficile de les tenir.  Maître se décide enfin à les enlever.  Evidemment, la douleur fut atroce. 

 

Maître m'installe un collier autour du cou, relié par des bracelets à mettre dans le dos.  Puis la cagoule est mise.  Je sens quelques coups bien sympathiques d'une cravache de dressage.  J'aime beaucoup la sensation.  Madame frappe mes fesses, puis Maître s'y essaye.  Ensuite, une barre d'écartement est mise aux chevilles.  Comme les bottes sont enlevées je me retrouve en bas, et cela glisse sur le parquet....

 

Je deviens impertinente et Madame frappe un coup plus fort que les autres.  J'ai mal, je serre les dents, je sens une bouffée d'énervement m'envahir mais je ne dis rien.  La colère m'enhardit et je continue à répondre.  Madame me laisse donc le choix :  subir la punition de Maître (un, deux, ou même plusieurs coups de cravache, ou alors on arrête tout et on termine le repas.

 

Quelle horreur de devoir faire un choix.  Mais je ne peux pas arrêter.  Je suis trop fière pour cela et pourtant j'ai peur du ou des coup(s) suivant(s). 

 

Le premier fut supportable, mais le deuxième...  Je me suis écroulée en pleurs.  Des pleurs de colère face à cette douleur inutile.  J'enrage, je pleure, et j'enrage encore plus.

 

Maître me délie et enlève ma cagoule.  N/nous parlons et j'ai du mal à comprendre.  C'est la première fois que je reçois un tel coup de Sa part et je suis perdue.  Maître a par contre aimé l'expérience.

 

Je me calme et il est l'heure de quitter.  Je salue pat et Madame me prend dans ses bras, me signalant que je ne dois pas avoir honte de moi et que je suis magnifique.

 

Conclusion :

Je souhaite remercier Madame et pat pour l'accueil, le bon repas et la convivialité de la rencontre.

Il m'a été difficile de me "plonger" dans le bain, mais après m'avoir rassurée, je me suis sentie beaucoup mieux.

Je déteste recevoir des coups à froid sans préparation au préalable, et cette douleur me met dans une colère folle.

J'ai été désarçonnée par l'autorité de Madame.  Maître peut tout décider me concernant, mais personne d'autre.

Je ne sais pas dire aujourd'hui si j'ai aimé la soirée ou non.  La rencontre, certainement, mais le changement radical d'attitude entre la façon de dominer de mon Maître et celle de Madame m'a mise mal à l'aise.

Je suis cependant heureuse d'apprendre qu'une prochaine rencontre est prévue après N/nos caisses.

Qui vivra verra ! 

 

mienne,

soumise de Salyo


16/03/2015
2 Poster un commentaire

Maître sort Ses griffes !

Je ne sais pas si je dois parler de Bdsm dans ce qui va suivre.  Un moment non prévu et délicieusement douloureux et cérébral.

 

J'étais en phase "chatouilles" toute la soirée.  Au coucher, Maître a continué cette pratique qui m'emmène toujours dans un autre monde.

 

Je ne sais pas pourquoi, cette douceur délicieuse a permuté vers une excitation de plus en plus intense.  Je sentais Maître sortir Ses griffes.  Elles devenaient de plus en plus intenses sur ma peau.  Plus Il griffait, plus je devenais incontrôlable.  La douleur se mêlant au plaisir...

 

Cette jouissance cérébrale m'a emmenée loin, mais pas encore au point de pouvoir en jouir.

 

C'était un moment.  Un seul moment.  Mais d'une émotion, d'une sensualité, d'une osmose sans égal.

 

J'aime ces moments.

 

IMG_20150203_072731.jpg

mienne,

soumise de Salyo

 

 


08/02/2015
0 Poster un commentaire

Première expérience de bondage

Préambule

 

Génial ! Maitre et moi partons pour ce week-end de Pentecôte en Champagne.  Petit week-end en amoureux que N/nous attendions avec impatience.  N/nous avions vraiment besoin de N/nous retrouver.  Sur la route, je signale à mon Maître que je rendrais bien visite à mes enfants lundi, lorsque N/nous serons rentrés.  Maître semble d'accord, mais ajoute que cela ne sera pas possible l'après-midi.  Je Lui demande pourquoi.  Et s'ensuit une ribambelle de questions sur ce qu'il va se passer.  Maître me cache quelque chose et malgré toutes mes questions, le mystère reste entier.

 

Mais soit !  j'ai encore bien le temps de m'en faire.  Pour l'instant, je veux profiter de N/notre week-end et savourer mon Maître pour moi toute seule !

 

Lundi matin

 

Tout va bien, je vous avoue que le bonheur de retrouver mes enfants ne me fait plus penser à rien.  je savoure ces moments.

 

Lundi, début d'après-midi

 

N/nous dînons Maître et moi.  Tout va bien, aucune angoisse.  Mes pensées ne volent toujours pas vers ce qui m'attend.

 

1/2 heure avant de partir

 

Ce que je redoutais arrive.  je suis prise d'une angoisse terrible.  je ne dis plus rien.  mes neurones fonctionnent à du 2000 à l'heure.  je dois quitter ma zone de confort et je suis terrifiée.  Aller vers l'inconnu, me laisser aller est terriblement difficile.  Maître m'emmène quelque part, alors que je porte une tenue totalement neutre, mon vernis aux pieds est écaillé et je me sens lourde et moche.  Je vais devoir me mettre nue devant un homme et je perds pied.

Mais je ne dis rien.

Maître sent mon angoisse.  Je suis crispée, assise dans la voiture, je tente de me détendre mais rien n'y fait.  Et le voyage se fait en silence.

 

Arrivée une heure après, je sors de la voiture.  j'ai l'impression que je vais me sentir mal tellement je suis stressée.  j'ai envie de retourner à la maison, et en même temps je ne veux pas décevoir mon Maître.  Alors j'attends. 

 

Un homme arrive.  Maître me demande si je le connais.  je réponds, la gorge sèche, que je ne sais pas qui il est.  C'est Latachant sur Fetlife, me dit Maître.  Un oui inaudible sort de ma bouche, je comprends que je suis ici pour une première expérience de bondage.

 

Deux dames sortent de sa maison et il N/nous les présentent.  N/nous les connaissons par leur pseudo sur Fetlife et je me rends compte que je suis vraiment dans un lieu où le Bdsm est omni présent.  Aucun son ne sort de ma bouche pendant les présentations.  je ne sais même pas comment je dois me comporter vis-à-vis de ces trois personnes.  je suis perdue.  j'aimerais tellement être parfaite, jolie, mince, et faire honneur à mon Maître.  Au lieu de cela je me retrouve en clapettes, robe à dos nus avec des ongles mal vernis.  Et ces dames sont si minces....

 

Merde, je me dégoûte vraiment.

 

Les dames s'en vont et N/nous N/nous asseyons, Maître, Monsieur Latachant et moi à l'extérieur.  Le soleil chauffe et N/nous faisons connaissance devant un verre.  Ou plutôt Maître et Monsieur font connaissance.... sourire crispé.

 

Doucement, je me détends.  je ne sais pas du tout ce que le bondage va m'apporter, ni les sensations qui vont en découler.  C'est un univers totalement inconnu mais j'ai toujours dis à Maître que je voulais tout essayer avant de proclamer qu'une pratique se situe dans mes limites.

 

Les premières minutes sont tendues pour moi.  Mais au fur et à mesure que Monsieur s'affaire autour de moi, je me sens me détendre, comme quand Maître me fait un massage.

Mes muscles deviennent lâches, je suis encore totalement dans la pièce, mais mon corps ne me répond plus.  je me laisse totalement aller.  j'ai confiance en Monsieur.

 

DSC_3652.JPG

je ne ressens aucune douleur, juste cette sensation de confiance.  Monsieur est adroit, très adroit et mon lâcher-prise devient évident.

 

DSC_3670.JPG

 

DSC_3715.JPG

Puis, doucement, Monsieur défait les liens un à un.  je reste dans un état de somnolence.  Après avoir retiré la dernière corde, Maître s'installe derrière moi et je me laisse aller dans Ses bras, tentant de reprendre "vie".  Doucement, j'ouvre les yeux.  ma tête tourne.  je me lève.

Pendant que je reprends mes esprits, Maître et Monsieur devisent du bondage.  C'est une pratique impressionnante par le temps que cela peut prendre : l'entretien des cordes, les différentes matières, l'utilisation, l'achat.  j'écoute à présent attentivement.

 

Je suis de retour.

 

Puis Monsieur parle de "Victor", son fouet fétiche, et décide de N/nous le présenter.  C'est la première fois que j'en vois un et je suis stupéfaite par la maniabilité de l'outil.  Que peut-on ressentir avec un tel engin ?

 

Avec quelques hésitations, je me décide à le tester.  Monsieur me caresse et je suis surprise de la non-douleur du geste.  je demande un peu plus fort et cela reste léger.  Sensation différente du flogger.  je préfère ressentir le fouet.  Encore un peu plus fort.  Cela commence à se faire sentir.  Il faut dire que N/nous ne sommes plus dans l'ambiance, il s'agit ici d'un test et je ne suis absolument pas "dedans".  je préfère arrêter là, mais Monsieur termine par un coup un peu plus fort que les autres, et là, j'ai vraiment mal, à la limite de pleurer.

 

DSC_3731.JPG

 

N/nous remercions N/notre hôte pour cet après-midi riche en émotions et connaissances et reprenons le chemin du retour.

 

Conclusion : j'ai vraiment apprécié cette pratique.  je me suis sentie détendue, somnolente, en confiance dans les cordes de Monsieur.  Cela reste pour moi une expérience à revivre, sans pour autant en vouloir à tout prix.  Quoique, avec mon évolution, peut-être qu'un jour je ne  pourrai plus m'en passer.  L'avenir nous le dira.

 

je souhaite vivement remercier Monsieur Latachant d'avoir pris de son temps pour N/nous et de N/nous avoir appris tant de choses.  Merci aussi à mon Maître d'Amour pour cette expérience agréable et nouvelle.

 

mienne,

soumise de Salyo

 

Que dire, Ma mienne se lâche un peu plus quand elle ne connait pas et j'avoue avoir pris un rien de satisfaction d'avoir juste donner un peu d'infos mais pas plus que ça pour la "tranquilliser" pour autant que cela puisse l'être !

J'étais parti dans la totale confiance en Latachant, je savais que cela irait plus que bien, c'est sans doute "l'instinct" qui fonctionne. Quel plaisir de la voir se laisser aller totalement dans les cordes. J'apprends aussi à avancer, prendre des décisions même si Mon amour de mienne n'est plus dans sa zone de confort tout en créant la surprise. La maitrise des évènements se fait aussi. N/nous aurons encore d'autres sorties ou rencontres les semaines qui viennent, N/nous devrons encore sortir de N/notre petit confort ! Tout cela n'en est que meilleur.

Salyo


12/06/2014
1 Poster un commentaire

Mon blog : d'hier à aujourd'hui

images.jpg

 

Lorsque je relis mon blog et les évènements qui s'y sont déroulés, je constate l'évolution de certaines choses, et la non évolution d'autres.

 

Cette peur, ce doute, ont totalement disparu de mon esprit pour laisser place à une totale confiance envers mon Maître.  Le lâcher-prise est là.  je Le laisse dialoguer, contacter, discuter, sans animosité aucune.  Que de chemin parcouru de ce côté là!

 

Cependant, même si je suis arrivée au bout du chemin, l'envie n'est plus là.

 

N/nous avançons main dans la Main dans N/notre vie vanille.  Maître vient de me demander ma main et N/notre mariage se profile à l'horizon.  N/notre Amour reste intact, N/nous restons totalement fusionnels.  N/nous N/nous sommes trouvés et rien ne pourra N/nous perdre.

 

Mais N/notre relation Maître/soumise ne vit que par quelques soubresauts par ci, par là.  Certes, je demande toujours l'autorisation pour m'asseoir, je porte des jupes depuis 2 ans sans culotte.  Mes anneaux cicatrisent lentement et tout cela fait partie intégrante de ma vie.  Mais pour le reste....

 

je ne sais plus si j'attends.  Avant j'attendais, et j'étais constamment déçue.  Aujourd'hui je n'attends plus rien, et si cela vient, tant mieux. 

 

Le fait que j'ai pris du poids me met tellement mal à l'aise pour de futures rencontres publiques que Maître se décourage Lui aussi.  je ne sais plus quoi mettre pour cacher mon corps disgracieux.  je me sens complexée face à toutes ces soumises que je trouve corporellement magnifiques.  Comment pourrais-je me sentir à l'aise alors que je n'ai même une tenue décente pour me présenter face à eux ?

 

je me déteste, c'est incontestable.  et je n'arrive pas à maigrir, parce que je voudrais que Maître me cadre tout le temps, tous les jours, à chaque instant, et Il ne comprend pas pourquoi je n'arrive pas à m'auto gérer sur ce coup là.  Tout simplement parce que je veux sentir Son emprise.  Il ne suffit pas de dire : "maigris !" pour que tout à coup, je maigrisse.  C'est un travail cérébral qui doit s'enclencher, et malgré plusieurs tentatives je n'ai pas ce courage.  Maître et moi sommes épicuriens et il m'est difficile d'imaginer de devoir manger des salades pendant plusieurs mois.

 

Dans N/notre relation, rien n'a jamais été simple.  Et rien ne sera simple. 

 

Il est et je suis.  Et aujourd'hui, je fais avec.

 

mienne,

soumise de Salyo

 


28/05/2014
2 Poster un commentaire

L'absence....

Il y a presque un an....

 

Maître perdait un membre de Sa famille.  Cela le laissa complètement anéanti.  Mais il fallait se relever.

 

Et Il s'est relevé.

 

Relevé pour poursuivre avec bonheur N/notre vie vanille qui ressemblait à un long fleuve tranquille, entre douceur et oisiveté.

 

Mais Il ne s'est pas relevé tout à fait.  Le Maître n'était plus là.  Il n'avait plus l'énergie suffisante pour, en plus, prendre en charge ma soumission.  Il n'avait plus Ses facultés artistiques.  Il ne "sentait" plus la Domination.  Il était épuisé.

 

Et je L'ai soutenu.  J'ai essayé de comprendre ce qu'Il pouvait ressentir.  J'ai posé mes questions, Il m'a répondu. 

 

Ce ne fut pas facile pour moi, je l'avoue.  Mes sensations de femme soumise se perdait au fil des jours.  Plus rien ne se passait, hormis les règles établies depuis longtemps et qui font partie de moi à présent.  Ce fut une grande frustration.

 

Aujourd'hui, presque un an plus tard, Maître retrouve doucement Ses sensations.

 

N/notre Amour est toujours présent, même encore plus fort.  Les difficultés le renforcent.

 

Aujourd'hui je porte un Collier et en bracelet en titane.  Légers et anti-allergique.  Seul mon Maître peut les retirer.  Je dors avec eux, je prends ma douche avec eux.  Je vis avec eux à chaque instant de ma vie de soumise/mère.  Je m'y suis déjà tellement habituée que je ne les sens plus.  Ils font partie de moi et j'aime les porter.

 

DSC_3622.JPG
 

 

Et, pour savourer le retour de Maître, Il m'a emmenée me faire anneler.

 

DSC_3619.JPG

 

Mes lèvres vaginales portent à présent les deux premiers anneaux de mon Maître.

Si la cicatrisation se passe bien (il est difficile pour moi de porter des bijoux car je suis allergique), deux autres anneaux orneront en plus mon sexe.  Puis encore deux anneaux....

 

J'aime porter le plaisir de mon Maitre.  Savoir qu'Il est fier de ce don que je Lui fais.  Même si la douleur fût atroce !

 

mienne,

soumise de Salyo

 

La vie N/nous réserve souvent des méandres inattendus, une disparition, une joie, une union, un avenir autre que celui qui N/nous était destiné, ...

 

Oui, le fond est parfois là, mais le meilleur est à venir. Retrouver forces et énergies avec l'autre, taper du pied sur le fond pour remonter et la lumière revient. Surement différent du passé, le futur n'en sera que meilleur. Surtout ne pas renoncer, surtout si tout est là pour le faire.

 

Oui Ma mienne, les choses reviennent doucement sans doute mais elles sont présentes et c'est le plus important !

 

N/nous avons encore beaucoup de choses à faire et de chemin à parcourir mais une chose est certaine, N/notre AMOUR qui ne fait que grandir et encore grandir N/nous y aidera.

 

Salyo


12/04/2014
5 Poster un commentaire